Reponse de l'AAPNRM aux critiques du Président du Parc

Reponse de l'AAPNRM  aux critiques du Président du Parc

Publié le 22 septembre 2017

L’Association des Amis du Parc Naturel Régional (AAPNRM) est une association  loi  1901 exclusivement composée de bénévoles, qui  doit statutairement :

Concourir à l’élaboration, l’animation et au développement des activités scientifiques, éducatives, culturelles, sportives et touristiques. 

Promouvoir des actions de protection et de valorisation du patrimoine naturel et culturel et de l’environnement au service du développement durable en référence aux orientations et mesures  formulées dans la charte du Parc.

Appuyer la politique du PARC en assurant la concertation avec les usagers et habitants, en participant à l’information et à la sensibilisation du public.

Le budget propre de l’Association est en moyenne de 20.000 ,00 €.

L’AAPNRM  agit en appui et en concertation avec le Parc  Naturel Régional  qui  est un territoire classé, comme tel, par un décret gouvernemental, dirigé par un syndicat mixte dont les membres sont exclusivement des collectivités. Le  budget du PNRM pour 2017 est d’environ 22,8 millions d’euros avec un excédent de 760.000,00 €,  au compte administratif de 2016.

Depuis le 23 juillet 2012,  l’AAPNRM assure en vertu d’une convention passée avec le PNRM et plusieurs fois renouvelée, l’exploitation des billetteries, buvettes, boutiques des sites de celui-ci et le fonctionnement de son activité équine.

Mais récemment,  parallèlement à la volonté évidente  de déchouquer le DGS du Parc,  un certain nombre de déclarations inexactes et de tentatives de déstabilisation, se sont fait jour contre notre Association

A savoir :

Que la convention PNRM/AAPNRM aurait été signée en catimini avant l’arrivée du nouveau Président.

Que l’association aurait dépossédé  le Parc de la gestion de ses sites.

Que la fréquentation du site d’Emeraude ne serait que de 25.000 personnes.

Que l’association aurait  un déficit d’un montant de 400.000,00 €.

A ces fausses accusations, nous voulons répondre calmement, sans passion en exposant simplement des faits réels et avérés.

SUR LA SIGNATURE DE LA CONVENTION.

Il a été dit  que le renouvellement de la convention aurait été signé en catimini, le 17 décembre 2015,  rapidement avant l’arrivée de l’actuel Président.  Soulignons d’abord, qu’il ne s’agit que d’un renouvellement. Et rappelons que le 25 novembre 2015,  a eu lieu une séance du Comité du Syndicat Mixte du PNRM,    les membres du comité, ont approuvé à l’unanimité, qu’ils soient de la majorité régionale (actuellement opposition à la CTM) ou de l’opposition (actuellement majorité de la CTM) ce dit renouvellement.

Rappelons enfin, qu’il était important  que ce renouvellement se fasse avant le 31 décembre 2015 pour éviter qu’en l’absence d’autorisation légale,  les activités de visites, d’achat dans les boutiques et de restauration ne soient totalement  bloqués au 2 janvier 2016. 

SUR LA DEPOSSESSION DE LA GESTION DES SITES

Il a été ensuite déclaré que l’Association avait  dépossédé  le Parc Naturel Régional de la gestion de ses sites (rien que ça !). Curieusement le site qui  publie cette assertion,  publie en même temps la copie de la convention qui constitue le démenti le plus éclatant de cette fausse affirmation.  En effet on lit bien comme objet de la convention : Convention d’Occupation Temporaire et précaire du domaine public aux fins d’exploitation des billetteries, de l’accueil, des buvettes et des boutiques. On voit donc bien qu’il  s’agit d’une occupation à titre  temporaire de locaux situés dans le site, (moins de 1% dans le cas du site d’Emeraude par exemple. Soit  400 m² sur 24 hectares) et cela pour  un objectif  bien précis  de ventes de billets d’entrée, de souvenirs du site, (mugs etc…) comme cela se fait ailleurs. A-t-on jamais dit que la marchande de pistache gérait la manifestation du lieu où elle se trouvait ?

Le Président du Parc a donc en charge la gestion des sites et nous ne l’en avons pas pour  le moins du monde dépossédé. Si ceux qui disent et écrivent le contraire ne l’ont pas compris,  c’est qu’ils ont vraiment mal  lu  la convention que pourtant ils affichent.

SUR LA FREQUENTATION DES SITES

Dans le même blog,  il  est dit que  la fréquentation ne serait que de 25.000 personnes (Emeraude). Alors que d’autres sites recevraient 100.000 visiteurs. Mais il appartient  au PNRM, en sa qualité de propriétaire et de gestionnaire des sites,  de faire venir des visiteurs par une politique dynamique de communication et  de promotion, comme le font d’autres lieux touristiques.

SUR LE PRETENDU DEFICIT  

Venons-en à la question de la comptabilité. Il  ressort de différentes déclarations en particulier du Président du Parc  que nous aurions 400.000,00 € de déficit sur l’exploitation des billetteries et boutiques des sites du PNRM, que nous n’avons pas été certifiés par notre expert comptable pour 2014. Ceci est faux. La certification a bien été faite.

La vérité c’est que pour l’exploitation des billetteries et boutiques :

Que sur l’exercice 2012,  ou nous avons commencé au mois d’octobre,  avec le seul château Dubuc, sans équipements,  que sur un  excédent  de 6.916,93 €,  la redevance versée au PNRM a été de : 6.709,43 €.

Que sur l’exercice  2013,  sur un  excédent  de 177.489,45 €  la redevance versée au PNRM  a été  de : 172.164,77 €.

Que sur l’exercice  2014 sur un  excédent dégagé  de 205 048,96 €  la redevance versée au PNRM  a été de : 198.897,49 €

Que sur 2015 en cours de certification, une redevance d’environ  150.000,00 € est à payer sur un excédent de 190.000 €

Qu’en 2016, où nous  avons dû,  conformément à la convention, recruter  9 agents, la plupart venant d’ailleurs du Parc : Guides conférenciers, agents d’accueils (mais c’est autant de masse salariale que le Parc n’a pas en charge) le résultat d’exploitation est pourtant  excédentaire est de : 13.000,00 €.

Par ailleurs c’est à nous que le Président du Parc s’est adressé quand il s’est agit de faire l’avance pour la cérémonie des 40 ans. Et c’est à nous que le Parc s’adresse pour un certain nombre de dossiers de ce type.

Étonnons nous cependant,  que  pour QUATRE CENT MILLE EUROS  annoncé de déficit par  le Président du Parc Naturel Régional de la Martinique, somme  importante,  particulièrement pour une petite association de bénévoles, mais aussi pour le fonctionnement du PNRM,  qu’il soit resté sans réaction et qu’il n’ait  pas mis en œuvre l’article 14 de la convention qui prévoit des mesures conservatoires.

L’absence de mesures immédiatement prises après l’annonce d’un tel déficit, pour préserver l’intérêt général du Parc, montrerait  un total laxisme du Président, sauf s’il sait lui-même qu’il ne s’agit que d’un mensonge stratégique.

Cependant, il convient de distinguer la mission précise de l’association et le rendement de l’activité. Suivant l’article 10  de la convention passée avec le Parc,  un certain nombre  d’agents de cet organisme sont mis à disposition de l’association pour  le bon fonctionnement des espaces.

Cela constitue  t-il  une charge nouvelle pour le PNRM ?  Pas du tout,  puisque ce sont des agents titulaires avec une ancienneté au PNRM  pouvant dépasser les 20 ans, qui sont affectés  à leur site quoiqu’il advienne,  que l’association existe ou pas.

Le PNRM  a simplement pensé   avec raison qu’en plus de la billetterie,  l’existence de boutiques, de restauration et de visites guidées  sur les sites, permettait d’optimiser le travail de ces agents  par une meilleure attractivité. La redevance que verse l’AAPNRM au Parc  qui résulte du travail de ces agents et de ceux recrutés par l’association tend à faire passer une partie des charges du site, du contribuable au client.

Conformément à la réglementation comptable et à la convention, le salaire de ces agents payés par le PNRM ne peut rentrer dans les charges d’exploitation de l’association, contrairement à une société commerciale  comme la société publique locale  qui est envisagée et qui devra les payer directement.

Au surplus on ne peut que s’interroger sur la fiabilité des documents diffusés sur internet et sur  les réseaux sociaux.

Pour  le Conseil d’Administration de l’AAPNRM

Pierre PATRON

Président de l’AAPNRM